School Days

Les filles de la série.

Les filles de la série.

Il est assez rare ces derniers temps que je me lance dans une série animée. J’ai commencé School Days en me disant « ouais y’a que 12 épisodes c’est pas long c’est cool ». Oui, j’en ai marre des séries à rallonge, la seule que je m’autorise est Shingeki no Kyojin, mais j’en reparlerai une autre fois.

Donc, School Days, c’est quoi ? Un petit résumé rapide de votre noble serviteur : Makoto est un garçon qui va au lycée en train. Et dans le train, tout les jours, il observe une fille qui d’une autre classe, Kotonoa (pas sûre de l’orthographe). Et puis, un de ces quatre, il la prend discrètement en photo avec son téléphone.  Sa voisine de classe, Sekai, voit la photo et décide de filer un coup de main à Makoto pour qu’il se rapproche de Kotonoa. Le p’tit gars se retrouve à sortir avec celle qu’il voulais et le premier épisode se finit sur Sekai qui embrasse Makoto, ce qui augure un paquet de quiproquos à venir.

Regard discret et face de pivoine.

Regard discret et face de pivoine.

Alors, j’ai pas encore finit de regarder la série, je n’en suis qu’à l’épisode 10 pour le moment. Les premiers épisodes sont longs et chiants, et à l’inverse, à partir de l’épisode 7, ça avance vite. Très vite. Trop vite. L’histoire se précipite et je sens bien qu’il va se passer des trucs pas cool (me spoilez pas pitié, on m’avait conseillé la série pour sa fin surprenante et j’ai tout fait pour pas me spoiler).

Sinon, graphiquement, j’ai l’impression que, hors Sekai et Kotonoa, tout les persos féminins ont le même visage 😦 C’est déstabilisant (sachant qu’en plus je n’ai pas retenu le nom de toutes ces filles, et y’en a un paquet, et elles ont une certaine importance dans l’histoire).

Musicalement, rien de bien transcendant. Le générique de début est quelconque, il ne restera pas dans ma mémoire très longtemps. Idem pour le générique de fin. Je n’ai même pas fais attention aux musiques d’ambiances et les chansons en milieu d’épisode ou quand il se passe quelque chose me saoule. Bah vi. On est pas au niveau d’un Disney ou ça fait avancer l’intrigue.

Sekai et Kotonoa.

Sekai et Kotonoa.

Concernant les persos, je ne parlerais que des principaux sinon on en a pour des jours. Makoto est un pur connard. Désolée, mais un mec qui couche avec toutes les filles qui passent à sa portée, moi j’appelle pas ça autrement. Je ne le supporte pas du tout ce perso. Et pourtant il paraissait bien sympathique au début de la série. Au final, ce n’est qu’un profiteur qui passe son temps à se vider les testicules entre toutes les cuisses consentantes. Ensuite, Kotonoa est une vraie tête à claques. Elle est neuneu, j’ai juste envie de rentrer dans mon écran pour la secouer un bon coup et lui dire de laisser tomber ce connard de Makoto. Elle est tout le temps en train de se laisser marcher sur les pieds par les fille du comité. Mais réagis bon sang !!! Sekai, elle, c’est encore autre chose. C’est le personnage le plus supportable des trois. Elle est amoureuse de Makoto, mais elle sait qu’il a des vues sur Kotonoa, alors elle lui file un coup de main en refoulant ses sentiments. Mais ce connard finit par se la taper aussi. Du coup elle en est profondément amoureuse. Sekai est celle qui me fait le plus de peine pour le moment.

Bon, Je fini de regarder cette série et je vous tiens au courant pour savoir si ça vaut vraiment le coup d’être regardé en entier.

Cet article, publié dans Mangas (TV), est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s